Aïkido  |  Members  |  Dev Center  |  Other
Sitemap  |  Links  |  Homepage
   
Introduction
Infos
Individuation & aïkido
Images
Videos
Vocabulaire
L'Aïkido Club Pradétan
Livres
Liens
L'individuation par le retrait des projections


Qu'est ce que l'AÏKIDO ?

Il y a à cette question autant de réponses qu'il existe de pratiquants de cette discipline. Toute réponse univoque serait par conséquent réductrice.

Il n'y a donc aucun intérêt à figer dans le collectif conscient l'objet d'une quête sans cesse renouvelée.

Ce ne peut être, comme le souligne Henri Vincenot dans "les étoiles de Compostelle", "un but mais un long chemin" d'expérimentation, de recherche, de découverte et parfois d'errements dans la souffrance et le doute, à l'image de la vie elle-même.

En effet la rencontre à Soi et à l'Autre dans l'étonnement chaque jour renaissant implique la mise à distance de toutes les certitudes.

L'harmonisation des énergies du Soi, dans le rapport à l'Autre et aux autres ne va pas sans fluctuations, qu'il s'agit d'écouter et de mettre en actes chaque jour.

Aï : harmonisation, mise en phase, conjonction, équilibration, adéquation, unification.
Ki : les énergies multiples dans leurs formes et unique en nature.
Do : la Voie, le chemin, la quête.

Voilà bien un programme extrêmement vaste, aux horizons, insoupçonnés même par son créateur car émergeant de son inconscient, et tant remanié par ceux qui l'ont reçu et le transmettent que l'on ne pourrait le résumer aux finalités martiales et sportives où certains voudraient bien le ranger et le réduire.

Voilà bien un outil riche en matière d'exploitation tant au plan de la technique que de la sagesse qu'il s'agit d'en retirer, quant à la découverte sur Soi et sur l'Autre, dans l'échange.

Une Symbolique

Le DOJO, espace sacré où l'on pratique la Voie, possède une orientation particulière, chargée de signification.

Le KAMISA où sont exposés les portraits du fondateur et de ses disciples; il est placé à l'Est symbolique, le point cardinal d'où nous revient la lumière au terme de l'obscurité. C'est cette lumière qui est saluée au début et fin de pratique et non simplement un portrait. Le portrait à valeur d'interface entre cet inconnu dont le Maître fut le messager et notre dimension, cette école où nous les vivants nous éveillons.

Son caractère NUMINEUX en rend toute formulation explicative impossible. C'est un espace de médiation, une porte sur le mystère même.

Le SHIMOSA, il comprend trois directions complémentaires.

Le Nord : où se trouve les débutants, ils sont la lumière qui ne se connaît point encore dans les ténèbres; ils ne peuvent que la réfléchir mais ne la retiennent point et pourtant la contiennent, potentielle en eux, sans le savoir, car inconscients. Ils sont en BLANC cerclés de BLANC. La ceinture comme la cordelière les relie à leur initiateur. C'est le début du chemin de l'individuation, le cordon est coupé, mais la dépendance au Maître (celui qui transmet et non cette figure d'inflation du Moi gouroutesque sinon grotesque dont certains se parent du titre) comme pour le nourrisson à la mère, est totale.

L'Ouest : où se tiennent les Kyus qui expérimentent les couleurs, lesquelles s'assombrissent au fur et à mesure que le sujet prend de l'assurance, absorbant de plus en plus la lumière et l'intériorisant. La technique et l'esprit sont reçus sur le mode analytique, relativement passivement. Toutefois des éléments personnels résonnent et se mettent en opération aux tréfonds de chacun, permettant une progressive autodétermination dans la recherche .Le pratiquant est comme l'enfant franchissant stade après stade le chemin de sa lente évolution vers l'éveil à Soi.

Le Sud : là se tiennent les DANS, le haut vêtu de BLANC, le bas revêtu du HAKAMA NOIR, positionnant les deux triangles qui s'interpénètrent. Ils expérimentent le côté obscur, ténèbres dans la lumière, cet inconnu d'eux mêmes qui jusqu'à lors était projeté sur autrui et non intégré. Ils représentent les contraires, à confronter et conjuguer en Soi et avec les autres.

Chacun contient en lui même tout les contraires :
   faiblesse - force
   rigidité - souplesse
   rétentivité - générosité
   violence - douceur
   agressivité - accueil
   folie - sagesse
   bêtise - intelligence
   froideur - amour
   etc.

Ce que l'on ne saurait voir en soi; car non inscrit dans le désir des grands Autres à qui il s'agit de plaire pour être valorisé et aimé; est projeté.

Je ne saurais être agressif et rigide, c'est forcément l'Autre, cet adversaire à combattre qui est le porteur de ce que je considère comme des défauts inpensables pour moi.

L'Aïkido va renseigner le pratiquant sur le lieu même où dans son corps, ses émotions, sa pensée il se trouve bloqué, rigide et donc dès lors fragile.

Là où "ça" bloque avec le partenaire dans mon corps, dans mes relations, dans mes échanges, c'est "là" où moi je suis bloqué.

Le partenaire est souvent ce porte manteau que je revêts de mon propre manteau.

Lorsque je prétends : "celui-ci est comme cela", je ne me rends pas encore compte combien en fait je parle de moi, dans ce côté obscur que je ne saurais voir et que bien sûr j'exècre.

L'Aïkido a pour fonction d'opérer ce retrait des projections dans une optique de réintégration de ce côté obscur.

Notre éducation nous pousse à confondre le beau et le bien, nous amenant à ne pouvoir retenir que la part jugée valorisante de nous mêmes et à refouler celle constituée par les aspect contraires de ce que nous estimons être des qualités.

Chacun d'entre nous désire être le prince ou la princesse et ne saurait concevoir qu'il est aussi le dragon, personne ne désire embrasser le crapaud ou réinviter Carabosse. Or justement c'est la contention de ce refoulé qui lui donne tant de puissance négative.

L'attitude la plus juste devient alors celle qui consiste en le fait de réinviter, pour un réexamen, ces faces obscures, tant décriées et méprisées de nous même.

Mettre de la lumière dans ces ténèbres, c'est à dire prendre conscience du REJETÉ qui souffre et se bat comme un beau DIABLE devient la tâche du pratiquant dans son cheminement.

DIABOLÒN, signifie jeté par deux, dualité, séparation. Ce qui en nous a été rejeté, constitue le lit de notre violence, de notre négativité, de notre conflictualité.

Voilà pourquoi paradoxalement cet art martial est un OEUVRE de pacification.

Le "Dragon" du conte de fée ou la "Carabosse" réinvitées peuvent, apaisés, devenir vos meilleurs soutiens et compagnons.

S'ouvre alors une nouvelle dimension qui fait retour à l'Est symbolique, le pratiquant de haut niveau traverse la Mer Rouge des émotions contraires et les harmonise. Entre les deux triangles NOIR et BLANC il est ceint d'une ceinture ROUGE. Il a alors soif de faire partager ses découvertes en enseignant le goût des fruits de sa quête.

Au delà s'ouvre la porte vers l'Est, le pratiquant porte le HAKAMA BLANC, il a acquis la capacité d'absorber et en même temps de réfléchir toute la lumière. Il a totalement fait la lumière sur ces propres déséquilibres et les a rétablis. Il a réussi la conjonction des opposés en lui et avec ceux qui l'entourent. C'est la réalisation; RÉ-EL : la lumière manifestée du Soi dans sa complétude.

Des hommes, des regroupements

A beaucoup cette diatribe sur la symbolique du dojo paraîtra très HERMÉTIQUE et éloignée de leur conception de la discipline martiale; toutefois il est judicieux de faire partager des concepts que le temps relatif d'un cheminement personnel a permis de forger.

En effet beaucoup d'entre nous errent dans la quête parce qu'ils n'ont pas encore accédé au sens de cette notion qu'est le retrait de la projection. Ils situent encore dans la victoire du beau sur le laid, du bien sur le mal, leurs efforts, sans voir qu'en eux même cette problématique se situe.

Beaucoup de conflits de personnes, parfois, entre de hauts gradés s'alimentent de cette part rejetée et par trop combattue et dès lors renforcée qui est projetée sur l'Autre; lequel devient l'ennemi haïssable.

Ce que je reproche à l'autre est ce que je ne saurais voir en moi, sous les yeux de ces grands Autres qui m'ont servi d'objets d'identification.

   L'inquiet est à l'étroit en regard des Dieux qui l'originent.

   L'un qui est est allé trois en regard des dits eux qui l'originent.

Cette part rejetée du Moi, constituée de tout ce que l'on m'a conditionné à ne pas apprécier, à refouler, à considérer comme mauvais, laid et intolérable est à réinviter, à réexaminer à la lumière d'une nouvelle sagesse. Alors le combat cesse faute de combattants, car il n'y a plus de raison de continuer à projeter, il y a à ré accueillir, à réapprécier, à se réjouir, à aimer et partager.

Beaucoup désireraient regrouper autour d'eux ceux qui penseraient, ressentiraient, agiraient comme eux, pour mieux ensemble se renforcer par rapport à tous les Autres jugés négativement ou trop neutres.

Cette conception bien compréhensible ne constituerait aucunement un mode de progrès.

On ne s'enrichit que de la différence et non de l'identité.

Vouloir que tout le monde pratique la même technique, dans le même esprit, dans l'orthodoxie la plus stricte est une HÉRÉSIE en regard de l'ouverture du message du maître fondateur O Senseï Morihei UESHIBA.

Existe t'il deux arbres, même de la même espèce qui poussent de la même façon ? S'il existe tant de diversité, n'est ce pas pour que la même lumière ait une multitude de reflets.

Voilà pourquoi l'anneau Unique qui les lierait tous (l'idéal collectif univoque) est à rejeter au feu du délire de ceux qui le conçoivent. Il n'y a pas un AÏKIDO orthodoxe et des hérétiques. Il y a l'AÏKIDO et la multiplicité de ses formes.

C'est la diversité qui pérennise la vie et permet son évolution.

Vouloir rigidifier un système c'est le condamner à disparaître.

Et puisque le sujet est à la mode, n'oublions pas qu'à la fin du Secondaire, ce ne sont pas les plus gros, ni les plus forts qui sont restés.

Laissons donc là les polémiques de prévalence et d'hégémonie qui n'ont rien à voir avec le message de Morihei UESHIBA. Je parle ici bien sûr (pour ceux qui ont des oreilles) des querelles fédérales et interfédérales.

Une fois pour toutes : Un est l'AÏKIDO multiples sont ses formes comme multiples sont ses (prophètes) enseignants.

C'est là sa vitalité, sa générosité, sa richesse.

Pensons et agissons par nous mêmes, soyons adultes dans nos choix.


Pierre MANSART
Last update 13 avril, 2016
Copyright © 2008-2015,  All rights reserved.
Questions? Contact ktana.eu.